Lydia Devos en visite à Montédour

Mardi 20 mars Lydia Devos est venue nous rendre visite, elle a répondu aux questions des enfants.
C’ETAIT UN TRES BEAU MOMENT !

 

 Sphène : Comment trouvez-vous des idées pour écrire ?
Lydia : Je trouve mes idées dans la vie de tous les jours, je réfléchis aux problèmes que les enfants rencontrent dans la vie et j’écris un livre qui va les aider à traverser ce problème.

Eya : A quel moment écrivez-vous vos livres ?
Lydia : J’écris pendant les vacances car je travaille, je suis professeur de philosophie.

Matthew : Combien de temps mettez-vous pour écrire un livre ?
Lydia : Il faut une année d’école pour écrire un livre, le texte va vite, mais les illustrations prennent beaucoup de temps ; par exemple dans « Je ne t’oublierai jamais », il y a une image avec 223 personnages avec un visage tous différents, il a fallu 2 mois rien que pour cette illustration.

Price : Comment choisissez-vous le nom des personnages ?
Lydia : Cela dépend des livres, pour « Ôsolémio », je pensais que cela voulait dire « comme je suis seul », ce qui allait très bien avec mon personnage qui était effectivement seul, mais en fait cela veut « oh mon soleil ». Pour « Pépin, nom d’un chien », c’est mon illustratrice qui m’a raconté l’histoire d’un petit garçon qui s’appelait Ferdinand Pépin, elle a fait les illustrations d’abord, et j’ai écrit l’histoire ensuite. Je peux aussi choisir un nom en fonction de la sonorité comme dans « Hola Léo ! Qu’il est haut ! ».

Melvin : Etes- vous en train d’écrire un livre en ce moment ? Sur quoi ?
Lydia : Comme je suis grand-mère d’une petite fille de 5 ans, je suis en train d’écrire des livres pour elle sur une petite oie.

Warren : Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire des livres ?
Lydia : Comme je suis mariée à un écrivain, j’ai eu envie moi aussi d’écrire des livres.

Sirine : Depuis combien de temps écrivez-vous des livres ?
Lydia : J’ai écrit mon premier livre pour mon premier enfant en 1976, cela fait donc 36 ans que j’écris des livres.

Nour : Pourquoi ne faites-vous pas les illustrations ?
Lydia : Je n’ai illustré que le premier, ensuite c’est l’éditeur qui m’a imposé un illustrateur pour « Les deux maisons de Désiré Raton », maintenant, j’ai envie de faire à nouveau des illustrations.

Nolane : Comment choisissez-vous la personne qui va illustrer vos livres ?
Lydia : Comme je vous l’ai dit, c’est souvent l’éditeur qui choisit ou en tout cas qui propose plusieurs illustrateurs et je choisis celui qui me plait le plus.

Aymeirc : Pouvez-vous nous expliquer l’histoire d’ « Ôsolémio » ?
Lydia : C’est très simple, les manchots habitent la banquise, ils forment un cercle qui bouge, qui évolue et parfois les mamans perdent leurs enfants, c’est ce qui arrive à Ôsolemio. Il est perdu, les autres dorment, il ne veut pas dormir, il se demande où sont passées les choses
puisqu’il fait nuit et qu’il ne les voit plus. Arrive l’été, les mamans se mettent à chanter et les enfants aussi, alors les mamans reconnaissent le chant de leur enfant et elles les retrouvent.

 

Après avoir répondu à nos questions, elle nous a fait dessiner une grenouille et une souris, elle nous a dédicacé les siens.