Anne-Marie Desplat-Duc à l’Epine Guyon 2

(actualisé le )

Par les CM1L de l’école Epine Guyon 2 à Franconville

Cette année, nous avons participé au projet « Un auteur dans la classe ».

Nous avons travaillé sur un roman qui s’appelle « La voiture d’Arthur ». Son auteur se nomme Anne-Marie Desplat-Duc qui écrivait au début pour les adultes mais qui maintenant se consacre à la littérature pour la jeunesse.

 

Elle est venue dans notre classe et nous avons pu l’interviewer. Elle nous a dit qu’elle travaille chez elle, le matin de préférence, car elle a l’esprit plus frais. Elle rédige en moyenne quatre essais pour chaque roman et cela lui prend au moins trois mois. Elle écrit sur son ordinateur mais se corrige sur papier. Elle a choisi ce métier car elle a envie de partager ses histoires. Pour écrire un livre, elle n’a besoin que de trois choses : un crayon, une feuille de papier et ... une bonne idée.

 


Nous vous proposons ci-dessous un résumé du roman que nous avons lu.

 

 




LA VOITURE D’ARTHUR

 

Arthur est un surdoué de la mécanique. Il est brun et du genre grande asperge maigre. Son père est mécanicien. Il a un atelier de réparation de voitures : Le Garage du Centre. Sa mère est ingénieur en informatique et en électronique. Ses seuls amis sont : Romain, son meilleur copain qui est costaud, rouquin avec plein de taches de rousseur sur le nez ; Scarole, sa tortue et Prost qui s’appelle en réalité Provost, un vieux quincailler ancien champion automobile. Il est en classe de CM2 et sa maîtresse s’appelle mademoiselle Caravelle. Elle est gentille et très timide. Elle arrive souvent en retard à cause de sa vieille voiture, une Ami 8 Citroën qui ne veut pas démarrer.

Le directeur de l’école convoque Arthur dans son bureau pour lui dire que ses résultats sont déplorables. Arthur se jure de montrer à tous de quoi il est capable mais il ne sait pas comment il va s’y prendre. Mademoiselle Caravelle n’a pas les moyens de faire réparer sa voiture et la laisse chez le père d’Arthur pour qu’il l’emmène à la casse. Mais Arthur a une idée...Il décide de réparer la voiture et demande de l’aide à Léo, un champion du dessin.

Tous deux se mettent au travail dans le plus grand secret. Léo peint la carrosserie de la voiture aux couleurs de la mer avec des vagues, le sable de la plage, les coquillages et les mouettes dans le ciel. Pour l’épater, Arthur décide de montrer la voiture à Romain et lui raconte toutes les fonctions révolutionnaires dont elle est soi-disant équipée mais qui en réalité n’existent pas. Il lui fait jurer de garder le secret mais regrette rapidement son geste. Romain dévoile le secret à son père journaliste qui rédige un article sur la voiture du futur en première page du journal local.

Toute la ville est au courant. Léo est furieux mais Romain convainc Arthur que l’article va lui faire de la publicité. Rien n’est plus comme avant. Arthur est persuadé d’être suivi, surveillé.

Cependant il parvient à rendre le moteur de la voiture aussi silencieux qu’un matou qui ronronne et envoie un message à Léo pour lui dire. Léo se rend au rendez-vous mais Arthur a mystérieusement disparu. Léo et Prost décident d’attendre le soir pour alerter la gendarmerie. Léo, Romain et Laurianne, une élève de la classe, mènent une enquête pour retrouver Arthur.

Les indices recueillis les mettent sur la piste du garage des Peupliers sur la route de Granville. Les trois amis retrouvent Arthur ligoté et bâillonné dans le garage. C’est monsieur Chérubini, le propriétaire du garage en faillite, qui a kidnappé Arthur pour lui soutirer les plans du moteur et de toutes les inventions décrites dans le journal.

Le jour de la fête de l’école, Arthur et Léo arrivent dans la nouvelle voiture de mademoiselle Caravelle. Tout le monde applaudit et félicite les deux amis qui ont démontré qu’il n’y a pas que les intellectuels qui réussissent dans la vie.